De nombreuses écoles de coaching ont vu le jour et une pléthore de coachs ont afflué sur le marché. Pour l’instant, il n’existe aucune évaluation de compétences exigées avant que les coachs puissent recevoir leurs premiers clients. Les entreprises qui ont recours à de tels services se retrouvent désemparées et ne savent pas comment sélectionner des coachs expérimentés et compétents. Alors que certaines compétences comme l’art maïeutique, méthode socratique par excellence, peuvent être apprises dans une école, l’art de savoir quelles questions sont les plus appropriées pour le client ne s’acquiert qu’avec l’expérience et la pratique.

Afin de se distinguer des autres, les coachs compétents et expérimentés combinent expertise et processus de coaching pour créer des marchés de spécialisations. Parmi ceux-ci, un domaine complexe est en phase de prendre de plus en plus d’ampleur au sein des multinationales et préoccupe les spécialistes des Ressources Humaines chargés de gérer une population multiculturelle hétérogène au sein d’une seule et même entreprise: la gestion et l’intégration des dirigeants hautement mobiles. Le développement du leadership des dirigeants nomades – coacher des dirigeants hautement mobiles et adaptables.

Les dirigeants nomades, maîtres du multiculturalisme, ont grandi dans de nombreux pays et parlent plusieurs langues. Ce sont des individus qui prospèrent grâce au changement et disposent d’une intelligence multiculturelle.
Suite à l’accélération du changement et de la globalisation, les multinationales ont besoin de dirigeants qui pensent globalement, agissent localement et possèdent une habilité au-dessus de la moyenne à accélérer le développement des affaires dans des environnements culturels complexes. L’ancien CEO et actuel membre du conseil de Nestlé, la plus grande entreprise alimentaire du monde, a déclaré que les fonctions hiérarchiques les plus élevées ne sont accessibles qu’à des personnes ayant vécu et travaillé dans plusieurs pays, ainsi que maîtrisant plusieurs langues. Jack Welch, ancien CEO et actuel membre du conseil de General Electric, pense lui aussi que les dirigeants de demain sont ceux qui auront vécu des expériences professionnelles au niveau international, par exemple à Mumbai, Hong Kong et Buenos Aires.

De nombreux dirigeants talentueux ont misérablement échoué après avoir été envoyé à l’étranger. 40 % des embauches externes au niveau senior déraillent dans les premiers 18 mois de leur transition*. Le coût d’un échec au niveau senior est plus de 10 fois leur salaire de base**. La cause première est l’inadaptation à la culture nationale et/ou à celle de l’entreprise.

La décision d’envoyer un dirigeant à l’étranger est souvent basée uniquement sur ses compétences techniques ou sa performance au travail. Toutefois, afin d’augmenter le taux de réussite, il faudrait faire la distinction entre les dirigeants locaux envoyés à l’étranger et les dirigeants nomades. Les dirigeants locaux expatriés ont une forte identité culturelle et généralement l’intention de rentrer tôt ou tard « à la maison », au contraire, les véritables nomades n’ont pas cette tentation. Les dirigeants nomades ont déménagé de multiples fois en grandissant et accumulé de nombreuses expériences en passant par de multiples transitions culturelles. Pour eux, « la maison » est partout et nulle part. Ils comprennent aisément comment diriger une entreprise et gérer des employés aux cultures diverses tout en créant la cohésion ainsi qu’en respectant la diversité. Ils transitent facilement d’une de leurs identités culturelles internes à une autre en fonction de la situation à laquelle ils doivent faire face.

Gregg Sherrill, le président de Tenneco, une entreprise fabricant des filtres de voiture, a déclaré que son CEO, responsable du marché européen, né en Inde, avait grandi en Arabie Saoudite et été éduqué aux Etats-Unis. Il explique qu’une personne avec un tel profil comprend les subtilités de petits pays dotés de spécificités économiques et politiques, où les économies d’échelle sont un défi. Les dirigeants nomades assurent un équilibre entre produits, clients et représentation géographique. Cette diversité garantit l’adhésion de différentes communautés.

Les dirigeants nomades adorent surfer sur les vagues du changement aussi longtemps que leurs facteurs stabilisateurs ne leur sont pas enlevés. Face à un désarroi interne, ils font ce qu’ils connaissent le mieux: changer de scénario. C’est le moment critique où des dirigeants talentueux et formés peuvent faire leurs valises et quitter la compagnie sans arrière pensée.
Un professionnel RH bien renseigné ou un coach expérimenté peut faire toute la différence en identifiant, attirant et retenant ces profils.

Katrina Burrus, PhD MCC
Directrice de MKB Conseil & Coaching,
Fondatrice de l’institut, « Global Nomadic Leadership Development »
Premier Master Certified Coach de la Fédération International de Coaching en Suisse

* Etude du « Center for Creative Leadership »
** Idem Site officiel de Katrina Burrus MKB Conseil & Coaching

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.