Après un entretien d’embauche, la grande majorité des DRH apprécient un feedback des candidats

Sortir d’un entretien d’embauche avec le sentiment d’avoir convaincu est réconfortant. Penser que l’on a répondu intelligemment et sereinement aux questions posées, en donnant une image irréprochable de soi l’est aussi. Mais attendre sans rien faire que la proposition d’emploi survienne est utopique ! Il est primordial de manifester à nouveau son enthousiasme pour le poste et l’entreprise, et de remercier pour cet entretien en adressant un message oral ou écrit. Un sondage du cabinet Robert Half révèle que les DRH (Directeurs des Ressources Humaines) y sont très sensibles. Valérie Sablé, Associate Director de Robert Half prodigue quelques conseils pour rédiger ce message.

« Une enquête que nous avons menée aux Etats-Unis en juin dernier a révélé que 91% des Directeurs/Responsables des Ressources Humaines apprécient de recevoir un message ‘post-entretien’ de la part des candidats qu’ils ont reçus. Il est également dans l’intérêt des candidats en France de rester en contact avec le recruteur qu’ils ont rencontré ! », observe Valérie Sablé, Associate Director du cabinet  Robert Half, qui propose six conseils pour bien effectuer ce suivi, en évitant les faux-pas.

1. Choisir le bon moyen

« Evitez les SMS et optez plutôt pour un email. Notre étude outre-Atlantique avait sur ce point souligné de nettes préférences chez les chargés du recrutement américains : l’email arrive en première place (87 %), suivi de l’appel téléphonique (81 %), de la note manuscrite (38 %) et du message via les réseaux sociaux (27 %). L’envoi d’un texto est acceptable pour seulement 10 % de ces sondés.», précise Valérie Sablé.

2. Ne pas trop attendre

« Le temps presse dans ce type de situation. Reprenez contact sous 24 à 48 heures maximum après votre entretien : ainsi, le détail de vos échanges est encore frais dans l’esprit de la personne en charge du recrutement. ».

3. Faire court

Plus on en dit, plus on écrit, plus on multiplie les chances de commettre une erreur. La recommandation de Valérie Sablé porte sur la concision et la préparation de ce message : « Limitez votre message à un ou deux paragraphes personnalisés et précis de deux ou trois phrases. Dans le cas d’un appel téléphonique, bornez-vous vous à quelques minutes. »

Sans oublier l’essentiel : « Rappelez vos meilleurs atouts, mentionnez ce qui vous plaît le plus dans le poste comme dans l’entreprise que vous ciblez – si possible des points nouveaux identifiés durant l’entretien – et remerciez votre interlocuteur pour le temps qu’il vous a accordé. »

Enfin, dans le cas d’un contact par téléphone – lors de la conversation ou en laissant un message sur une boîte vocale – il est vivement conseillé d’établir auparavant une liste des points à mentionner, ce qui permettra d’éviter oublis et confusion.

 4. Le ‘jouer collectif ‘ si besoin

Le fait qu’aujourd’hui les employeurs impliquent souvent plusieurs membres de leur équipe dans le processus de recrutement ne doit pas être négligé ici. Le conseil de Valérie Sablé dans ce type de situation : « Assurez le suivi avec votre contact principal par email ou par téléphone, mais pensez aussi à adresser un email à chacune des personnes que vous avez rencontrées pour les remercier. Dans cette optique, anticipez en demandant à chacun sa carte de visite au moment des présentations. Attention à bien personnaliser chaque message : il devra être unique et pourra faire référence à un point spécifique de la conversation qui a retenu votre attention. »

 5. Traquer les éventuelles fautes

« Ne laissez pas des fautes anéantir vos chances ! », insiste Valérie Sablé. Il est impératif de lire très attentivement son email avant de l’envoyer, avec même une seconde lecture pour y traquer les fautes de frappe ou d’orthographe – ou bien encore de grammaire – qui pourraient s’y trouver. L’aide d’une tierce personne n’est pas à négliger…

 6. Soigner son écriture

« Aussi étonnant que cela puisse paraître, de nombreux employeurs apprécient encore aujourd’hui de recevoir une note de remerciement manuscrite et y voient une marque d’attention personnelle. Ce, à condition que l’on puisse vous déchiffrer… », remarque Valérie Sablé.

« Si votre écriture est difficilement lisible, songez à imprimer votre message sur une carte de correspondance avant de la signer. Et surtout ne lésinez pas sur la qualité, en n’hésitant pas à investir dans des cartes de correspondance à usage professionnel, donc le plus sobre possible.»

« Enfin, attention à ne pas trop en faire non plus… Car vos efforts pour manifester votre intérêt et votre sens de l’initiative pourraient se révéler contre-productifs en cas d’excès. Pas de harcèlement. Une reprise de contact unique est le bon usage avant de se faire discret le temps de la prise de décision par le manager qui vous a rencontré(e). La stratégie finale à adopter à l’issue de votre message de remerciement ? Restez courtois… et patient. », conclut Valérie Sablé.

Source: Indice RH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.