Quand le perfectionnisme est un facteur de burnout

Souci du détail, obsession du zéro défaut, besoin de tout contrôler sans déléguer…Les perfectionnistes partagent cette soif de « bien faire ». Seulement voilà, cette qualité fort louable peut tourner au handicap dès lors que l’on confond le résultat à atteindre et l’idéal. De ce fait, les individus perfectionnistes, travailleurs acharnés, peuvent être plus souvent que les autres frappés de burnout, le syndrome d’épuisement professionnel. Celui-ci se manifeste par différents symptômes : irritabilité, fatigue chronique, migraines persistantes, lombalgies, hypertension, troubles cardio-vasculaires… Comment gérer cette soif d’absolu sans sombrer dans l’usure psychique et physique ?

Pour lire la suite cliquez sur ce lien.

Auteur: Marie-José Gava, Médiatrice certifiée en résolution de conflits, Journaliste RH

Source: Bien-être au Travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.